Portail Accueil Brochure Cartes Partenaires Contact

Le village de Silvareccio fait partie d'un ensemble de trois villages au Nord Est de la vallée d'Ampugnani. Ses voisins sont Piano et Casalta. Il se situe à environ 650 mètres d'altitude et son bâti orienté plein sud en fait un village très ensoleillé dès le matin et jusqu'au soleil couchant. La vue panoramique est très appréciée des visiteurs et des habitants. En poussant la balade jusqu'au col San Agostino, une large vue s'ouvre sur la mer et les îles (Elbe, Pianosa et Montecristo ...)

Coordonnées GPS 42° 23' 33″ Nord
9° 21′55″ Est

L'église paroissiale San Sebastianu est située au centre du village. Elle se caractérise par la forme de son clocher et une statuette de Saint Sébastien perçé de flèches, dans une alcove au-dessus de sa porte principale. Sa construction est estimée du XVIIIème siècle.

C'est une très belle église de style baroque. Elle se présente en schiste recouvert d'enduit avec un toit à longs pans en ardoise.
Elle se situe sur une petite place à l'intérieur du village où elle fait face à l'ouest et est envahie d'oiseaux.
Saint Sébastien est très apprécié en Castagniccia. Sa symbolique : Patron des archers, des fantassins et des policiers mais aussi troisième patron de Rome (avec Pierre  et Paul), saint Sébastien est surtout invoqué pour lutter contre la peste et les épidémies en général. Souvent représenté dans les arts, il est devenu un symbole esthétique du corps masculin  à la Renaissance.
La restauration du clocher est récente (2000-2001) et a été effectuée par la municipalité de l'époque, présidée par Eugène Giannorsi.
Une belle horloge à chiffres romains fait face aux visiteurs à mi-hauteur du clocher. Un pied stucqué la soutien, décoré d'un masque de gargouille. Au dessus d'elle, une tête de taureau ailé, qui pourrait représenter un minautore, guette le lointain. Des effets de colonnes baroques stucqués montent jusqu'au dernier étage. D'autres décors baroques semblables se présentent sur les côtés.
Une porte en bois alignée sur la façade et, décorée d'une croix permet l'accès à l'intérieur du clocher, un escalier de meunier et des paliers en bois montent jusqu' aux cloches.
L'édifice n'est pas protégé "Monuments historiques" mais il est entièremenrt restauré. L'église San Sebastianu présente une façade ornée de décors peints en blanc et stucs sur fond jaune pâle tandis que les façades latérales et arrière sont en pierres apparentes et enduit. Elle renferme de très nombreuses œuvres religieuses. Ci-dessus : façade latérale sud
Entre le clocher et l'église, une plaque commémorative de la guerre de 1914-1918 durant laquelle le village a perdu 35 de ses fils, sert de Monument aux morts.
Ci-dessous : Saint Sébastien en façade La statuaire met évidemment en évidence le martyr de Saint Sébastien à l'extérieur comme à l'intérieur. (Photos ci-dessous à gauche et plus bas à droite)) Ci-dessous au centre : l'horloge du clocher
D'autres statuts sont présentent :

- Une intéressante Vierge écrasant le serpent - La Vierge exprime la nécessité de dominer ses instincts pour atteindre la béatitude, elle terrasse le serpent mais ne le tue pas car il est aussi le symbole de la résurrection (il perd sa peau et se développe dans une nouvelle enveloppe). 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash
- Saint Anne
- Sainte Thérèse de l'enfant Jésus
- Saint Antoine de Padoue
- Notre Dame du Mont Carmel
- Le Christ en gloire
- Saint Jean et son agneau dans la vitrine de gauche encadrant le maître-autel
- Tandis que Saint Augustin se tient dans la vitrine de droite
- Une Vierge à l'enfant, plus petite, dans sa robe d'or, écrasant également le serpent mais cette fois ce dernier mord la pomme ...
- Un magnifique ange blanc près des fonds baptismaux ainsi qu' une petite Vierge à l'enfant posée sur une boîte dorée
Ci-dessus : vue de la nef
Ainsi que trois statues d'anges étonnés qui trônent au pinacle du maître autel. Ci-dessous : Saint Sébastien

Enfin, une grande statue intitulée la "Charité de Saint Martin" trône en hauteur , à gauche de l'entrée de l'église sur une stèle. (Photo ci-contre à gauche)

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Diaporama ci-dessus : les nombreuses statues

Le nom de Martin signifie "voué à Mars" (Dieu de la guerre à Rome), nom donné par son père qui le pousse vers une carrière militaire malgré sa foi chrétienne immense. Il est alors représenté à cheval en tenue de centurion.
Le mot "Charité" vient de ses actes, très jeune militaire il distribuait déjà sa solde aux affamés jusqu'à ce qu'il n'en reste rien, traitait son esclave comme un frère et il est souvent représenté offrant une partie de son manteau à un déshérité transi de froid.
Le reste de son manteau, appelé "cape" sera placé plus tard à la vénération des fidèles, dans une pièce dont le nom est à l'origine du mot "chapelle" (cappella en italien).
Par la suite évêque de Tours, il sera également à l'origine des mots "Martins-pêcheurs" et "été de Saint Martin"...
Enfin, dans la même exubérance, une grande Vierge entourée d'anges colorés à ses pieds se tient debout dans la nef, sur une stèle le long d'une colonne.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

L'église est de taille moyenne et possède un très bel ensemble de Maître-autel de Saint Sébastien avec son tableau principal nommé "Vierge allaitante entre Saint Augustin, Saint Sébastien et Saint Jean-Baptiste", encadré de deux tableaux placés au-dessus des portes accédant à la sacristie et représentant Saint Sébastien à droite et Saint Augustin à gauche. Un linteau au-dessus de chacun comporte une inscription et une date : "O MARTYR CHRISTI DEPRECARE ( Nous te prions ô Christ martyr) 27.4.1770 " et" F.X.PECTETUR SICUT PLUVIA ELOQUIUM MEUM ( en attendant comme la pluie la plainte de mes mots ) 19.9.1770 ".

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Il existe dans la nef 5 chapelles latérales secondaires avec autel et tableau, se décomposant comme suit :
- Autel secondaire des âmes du purgatoire avec son imposant tableau "Intercession de la Vierge en faveur des âmes du purgatoire"
- Autel secondaire de Sainte Lucie orné d'un tableau portant le nom de la Sainte
- Autel secondaire de la Confrérie du Rosaire surmonté d'un tableau intitulé "Donation du Rosaire"
- Autel secondaire de Saint Antoine de Padoue présentant un tableau intitulé "Vierge à l'Enfant entourée de Saint Pierre, Saint Paul, Saint Antoine de Padoue, Saint Michel Archange"
- Autel secondaire du Christ en Croix orné d'un tableau "Christ en croix entre St Augustin et Ste Lucie".
La très belle chaire à prêcher, complétée d'un côté d'une bannière avec écusson central représentant la vierge à l'enfant et de l'autre un christ en croix , est entièrement recouverte de décors stuqués et peints polychrome.
Sur un cartouche placé dans les décors peint polychrome de son pourtour, on peut lire les initiales IHS (le monogramme du : "I' pour "Iessou" (Jesus ), "H" pour "Hyios" (Fils), S pour "Soter" (Sauveur), surmontés d'une croix et présentant trois clous à sa base, symbole de la Crucifixion.
Diaporama ci-dessus : chair à prêcher Sur deux cartouches placés sur l'escalier menant à la chaire, on peut lire sur le premier : "VELOX. AD AUDIENDUM" (Prompt à écouter) et sur le second : "SOLI DEU HONOR ET GLORIA" (Seul Dieu est honneur et gloire) et enfin la date de construction de l'église: 1734.

Une particularité de l'église Saint Sébastien de Silvareccio est la présence d'une très grande croix de la Passion. Sa taille indiquerait qu'il s'agit, plus qu'une croix de procession, que c'est une croix de mission.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Elle porte les « instruments de la Passion » (Arma Christi: armes du Christ), dans le but de rappeler aux fidèles la succession de ces événements. Beaucoup de symboles peuvent y être représentés, les principaux éléments retrouvés sur cette croix et relatant l'arrestation de Jésus au Jardin des Oliviers, le procès de Jésus, la Flagellation, le Calvaire et la Crucifixion sont les suivants :
- l’écriteau INRI et le linge de Véronique portant le visage du Christ avec sa couronne d'épines
- l’oreille coupée au légionnaire Malchus et l’éponge imbibée de vinaigre au bout d’une branche d’hysope
- la lance du centurion Longin qui perça le flanc du Christ
- l’échelle de la descente de croix, les clous, les tenailles et le marteau
- la coupe de boisson amère, le calice de l’agonie ainsi que la lanterne de la femme qui reconnaît Saint Pierre
- La main droite du Christ perçée par les clous, représentant aussi la main de Dieu
- la colonne où Jésus est attaché, le sceptre de roseau et le fouet garni de pointes
- le manteau rouge jeté sur les épaules de Jésus et la bourse de trente deniers donnée à Judas pour sa trahison
- l'aiguière avec laquelle Ponce Pilate se lave les mains
- les dés avec lesquels les soldats jouent la tunique sans couture de Jésus et enfin, le crâne d’Adam au pied de la croix.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Les tableaux du chemin de croix sont anciens et plutôt bien conservés.

Les boiseries sont présentes : de nombreux bancs de fidèles sont installés dans la nef ainsi que les objets usuels : lutrin, croix ...

Les fonds baptismaux, en bois peint en blanc et or se présentent comme un petit kiosque hexagonal à portes coulissantes surmonté d'un petit Christ en croix. L'intérieur pour le baptème est en marbre.
La porte du tabernacle du maître-autel, en bois sculpté, présente en son centre un triangle avec l'oeil de Dieu.
La sacristie est grande et composée de deux pièces. Elle contient un magnifique meuble de sacristie en bois massif sculpté et peint polychrome.
Gravées en son centre, on peut y lire une inscription en latin dans le pourtour d'une rosace : AD (réalisé) le 10 mai 1724 suivi de M.C.F.C. (Probablement les initiales de l'artisan ou des artisans). tiroirs et portes multiples, colonnades, frises, branches et feuillages sculptés de différentes couleurs avec maints détails en relief en font un meuble remarquable qui sert toujours actuellement aux bibles, dalmatiques et objets du sacrement. (Photos ci-dessous). Une seconde inscription sur deux lignes, en dessous, demeure indéchiffrable pour les non initiés.
Un autel central en bois de châtaignier présentant une grande croix en relief a été fabriqué par un artisan de Castagniccia.
Quelques dalmatiques : aube, coussin brodé, bannières et autres continuent à être utilisés de temps en temps lors des festivités religieuses.
Enfin, on peut y trouver les objets usuels pour la célébration des messes : ciboire, ostensoir, reliquaires (2), calices (3), chandeliers de toutes sortes dont certains sur l'autel possèdent un portrait en relief, différent sur chacun des trois côtés de leurs pieds ...

Haut de page < page précédente page suivante >
Reproduction interdite - Photos C.Geyschläger - Textes : C.Geyschläger / Ange Straforelli- Copyright 2015