Prochainement vous pourrez consulter l'actualité du village de Poggio Marinaccio en cliquant

Portail Accueil Brochure Cartes Partenaires Contact
Ce village de la piève,est composé de 3 hameaux :
  • Poggio (U Poghju) = 600 mètres
  • Lutina = 650 mètres
  • Cansito = 620 mètres
Poggio Marinaccio :
c'est une église et deux chapelles récemment restaurées, un petit eco-musée de la Castagniccia (visites sur rendez-vous), un patrimoine bâti très préservé et surtout un important patrimoine "eau" avec 7 fontaines, deux lavoirs, ainsi que de nombreuses sources dont la plupart cependant ne sont pas accessibles par un sentier et enfin, un tout nouveau sentier du patrimoine ... et de nombreux projets environnementaux.
Par exemple la réintroduction des écrevisses à pattes blanches dans les ruisseaux ... à suivre.

Coordonnées GPS : 42° 26' 10" Nord
9° 21' 14" Est
L'église paroissiale Sainte Blaise construite au XVIe siècle, isolée au fond d'une vallée au sud du village, est accessible par un chemin communal.

Cette église a été édifiée au Moyen Age. Certains affirment que son origine remonterait à l'époque de Charlemagne. Il n'en demeure pas moins qu'elle est église paroissiale depuis le XVIème siècle…

Un inventaire des biens de l'Eglise établi le 12 décembre 1760 la décrit ainsi: « Cette église est si ancienne que l'on n'a pas gardé la mémoire de sa fondation. Elle a une petite sacristie derrière le maître-autel où se trouvent les fonds baptismaux… Il y a deux bénitiers, l'un en marbre, l'autre en pierre… A côté de l'église s'élève une chapelle en ruine de la Confrérie Sainte Croix. Les confrères revêtent la «cappa bianca» aux processions et pour accompagner les morts…

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Jusqu'en 1914, les cérémonies ont toujours été respectées, seule la période de l'après guerre qui a entraîné le départ de bon nombre de paroissiens a mis un terme à ces coutumes religieuses. Mais elles ont repris depuis 2008…

Profondément remaniée au XVII ET XVIIIème siècle (modification notamment de l'emplacement et de la taille de la porte principale) elle n'a pas pu être déclarée comme édifice classé.

L'intérieur de l'église a été entièrement restauré entre 2008 et 2011.

Ci-dessus à droite : Le tableau d'autel « Apparition de la Vierge à l'Enfant à St Pierre, St Blaise, St Nicolas et Ste Lucie » datant du XVIIème siècle a été inscrit sur la liste des monuments historiques du département.
Vous pourrez y découvrir également les oeuvres "classées" ci-après :
  • croix de procession Christ en croix, en bois taillé peint,du XVIe siècle(?)
  • bannière de procession des défunts
  • bannière de procession de confrérie de pénitents
  • confessionnal - fonts baptismaux
  • calice en argent du XVIIIe siècle
  • tabernacle de l'autel secondaire de Saint Jacques en bois de la 2e moitié XVIe siècle (?)
  • tableau d'autel et son cadre Apparition de la Vierge à l'Enfant à Saint Jacques et Saint Roch du XVIIe siècle (?)
  • ensemble de l'autel secondaire de Saint Jacques, en schiste, stuc, enduit et peinture daté de 1739
  • ensemble du maître-autel de Saint Blaise en schiste, stuc moulé, modelé, peint
  • tableau d'autel Apparition de la Vierge à l'Enfant à Saint Blaise, Saint Pierre, Saint Nicolas et Sainte Lucie du XVIIe siècle.
  • Ensevelissoir (u cataletu) en bois de châtaignier(il n'en existe plus que deux en Corse)
La chapelle St Antoine de Padoue se trouve dans le hameau de Lutina, remarquable édifice baroque renfermant de nombreuses œuvres inventoriées au patrimoine culturel.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La chapelle Saint-Antoine de Lutina recèle des œuvres remarquables :

  • l'ensemble du maître-autel de saint Antoine de Padoue (autel, retable et gradins d'autel), autel-tombeau en schiste et stuc avec deux colonnes
  • un tableau d'autel Apparition de la Vierge à l'Enfant à Saint Antoine de Padoue et à Sainte Lucie de l'ensemble du maître-autel
  • l'ensemble de l'autel secondaire de saint Pancrace, autel-tombeau en schiste et stuc avec deux colonnes
  • la peinture monumentale Remise du Scapulaire à Saint Pancrace par la Vierge à l'Enfant de l'ensemble de l'autel secondaire de Saint Pancrace
  • le mobilier comprenant le confessionnal, le bénitier, douze chandeliers d'autel, un calice, la croix de procession, deux couronnes de statue, neuf reliquaires , trois statues et une cloche
  • une statuette Enfant Jésus en stuc, détériorée
  • une commode en bois taillé, peint, avec décor en relief, limite XVIe et XVIIe siècles, récemment restaurée
  • un meuble de sacristie en bois taillé, mouluré, peint, décor dans la masse, décor en relief, décor rapporté, limite et XVIIe siècles, récemment restaurée.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

D'architecture baroque, sa construction remonte à la fin du XVIIe siècle. L'année 1678 est gravée sur sa cloche. Les Saints Patrons y sont au nombre de trois : Saint Antoine de Padoue, Sainte Lucie, et plus tard, Saint Pancrace (San Pancraziu) dont une fresque orne la chapelle latérale. L'édifice de plan allongé et à chevet plat est formé d'une nef et d'un chœur voûtés en berceau à lunettes.

Au cœur de hameau de Cansitu (trois maisons mais il en comptait sept jusqu'à la fin des années cinquante…) la chapelle Sainte Elisabeth est un pur produit de l'art roman, très répandu en Corse.

Son style se caractérise par la simplicité des lignes et la pureté des volumes.
Son architecture a été pensée pour s'intégrer dans le paysage et les matériaux utilisés furent ceux disponibles localement, notamment le schiste.
C'est une petite batisse de plan allongé à nef unique, avec couverture de teghje, pierre locale.
Vraisemblablement datée de la fin du XVIIème siècle et longtemps abandonnée, l'édifice a été restauré en 2009 dans le respect de la tradition.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

L'intérieur comprend un meuble encastré parfaitement conservé ainsi que la sépulture d'un des derniers curés de la paroisse entérré en 1888.
La petite chapelle renferme deux œuvres remarquables:
  • tableau d'autel Visitation du XVIIIe siècle
  • le mobilier de la chapelle Sainte-Marie (dalle funéraire, autel, meuble de sacristie, lustre d'église, couronne de statue, groupe sculpté de procession, 4 statues)
Certains l'appelle Sainte Elisabeth et d'autres Sainte Marie, en réalité, les deux Saintes y siègent côte à côte.

( Le petit hameau de Cansito est situé à l'est de la commune, au N/NE du village. De par le relief communal, il est distant par route de 1,4 km du village. Il est composé de maisons anciennes, couvertes de toits d'ardoises locales au milieu desquelles siège cette remarquable petite chapelle.)

Haut de page < page précédente page suivante >
Reproduction interdite - Photos C.Geyschläger - Textes : Pierre-Ange Orsini / C.Geyschläger - Copyright © 2014